Si la rédaction d’une lettre de motivation peut sembler évidente pour certains postulants, ce n’est malheureusement pas le cas pour tout le monde. De nombreuses candidatures pour un poste de haut niveau sont rejetées à cause de ce document, même si les diplômes et compétences du protagoniste sont très appréciés. Devant ce constat préoccupant, Village-Emploi a mis en place un programme de techniques de recherche d’emploi accordant une importance capitale à l’élaboration d’une lettre de candidature. Dans cet article, nous vous proposons 5 règles primordiales pour un document parfait.

Règle 1 : l’art de la modération

On vous l’a surement dit et répété : la modération est la condition essentielle à toute réussite. Il se peut que vous ayez reçu ces conseils ailleurs que dans le domaine de la recherche d’un job, mais cela s’applique aussi à cette situation. Dans les « village de l’emploi avis », les apprenants témoignent qu’ils ont vite appris qu’une lettre de motivation parfaite doit refléter un équilibre certain entre insistance et prudence.

Commençons par le premier critère : si vous êtes trop insistant dans votre communication, vous écrirez ce type de phrase : « vous ne trouverez pas meilleur candidat pour ce poste et vous ne risquez pas d’être déçu par mon rendement. » Une déclaration pareille va déranger le recruteur plutôt que de le rassurer. Il se rendra compte de votre désespoir et pensera même que toutes vos candidatures ont été déclinées.

Un postulant trop prudent tiendra, en revanche, ce type de propos : « je suppose que je serais en mesure d’effectuer les tâches qui me seront assignées et espère répondre à vos attentes ». Ce ton hésitant est également à bannir. Les recruteurs préfèrent les postulants confiants qui savent comment se mettre en avant et comment valoriser leur candidature.

L’idéal serait de trouver le compromis parfait entre ces 2 cas de figure : un équilibre que seuls les spécialistes peuvent vous enseigner. Ce qui explique pourquoi les lettres de motivation des lauréats de cet établissement sortent rapidement du lot et parviennent à convaincre les entreprises.

Règle 2 : une première partie « moi »

La lettre doit être divisée en 3 parties distinctes, la première étant le « moi ». Le contenu doit alors donner des informations sur le postulant, en l’occurrence : vous. La difficulté que les candidats rencontrent au moment de choisir les éléments qu’ils doivent introduire dans cette section, c’est de ne pas se répéter par rapport au CV.

Il est vrai que celui-ci comporte toutes les indications sur votre profil professionnel et votre parcours académique, mais son format empêche d’aborder quelques aspects qui peuvent pourtant renforcer votre candidature. Dans cette partie, vous pouvez vous attarder sur une expérience en particulier. La sélection doit se faire de manière réfléchie dans le but d’insister sur des métiers et compétences recherchées par l’entreprise.

Prenons un exemple : vous postulez pour un poste de responsable de marketing digital. Vous avez évoqué, dans votre CV, la formation effectuée au Village-Emploi dans ce domaine. Revenez sur ce point, dans la lettre, en insistant sur votre maitrise des logiciels de marketing automation. En d’autres termes, ne tombez pas dans le piège de la redondance. Ce n’est pas parce que ce document vous donne une chance supplémentaire de vous mettre en valeur que vous allez passer à côté en communiquant des informations plates sans valeur ajoutée. Soyez précis et mettez-vous toujours dans la peau et dans la tête du recruteur.

Règle 3 : une deuxième partie « vous »

La deuxième partie du corps du texte doit porter sur l’entreprise. Vous comprenez maintenant pourquoi on vous a toujours dit que ne pouvez pas envoyer la même lettre de motivation à toutes les entreprises inscrites sur votre liste. Seul un effort de personnalisation vous permettra de sortir votre épingle du jeu.

Comment ? En montrant justement que vous connaissez bien cette société ou organisme et que vous êtes, par conséquent, le candidat idéal pour ce travail. Autant vous le dire tout de suite, très peu de postulants se renseignent activement sur l’entreprise en question. Pendant la formation Village-Emploi, on vous apprend que ce point suffit, à lui seul, à creuser l’écart entre votre lettre et celles que les recruteurs reçoivent en masse.

Cependant, personne ne vous demande de faire des recherches pointues de plusieurs semaines. Tapez le nom de l’entreprise sur Google et consacrez une petite heure, 2 au plus, à lire les résultats qui s’affichent devant vos yeux. Pensez à repérer 3 informations capitales :

  • La date de lancement
  • Les projets les plus importants
  • Un projet/une collaboration récente

Règle 4 : une partie « nous »

Cette section est la plus importante des 3 puisqu’elle vous permet de mettre en avant votre sens de la synthèse et votre logique implacable. Plus significatif que votre profil et celui l’entreprise, ce qui sortira de votre collaboration. En effet, dans cette dernière partie, vous devez mettre en évidence un rapport gagnant-gagnant entre l’entreprise et vous.

Nous allons vous donner un exemple concret pour mieux comprendre ce que les formateurs du Village-Emploi tentent d’enseigner aux adhérents. Vous avez suivi une formation sur les nouvelles technologies. Vous postulez pour un poste de responsable en gestion des systèmes d’information dans une entreprise dédiée à la topographie des terrains. Vous devez alors mettre en évidence vos compétences dans la gestion des logiciels de pointe, des atouts qui permettraient à l’entreprise de gagner en productivité et d’économiser du temps.

Comme vous devez de le voir, la société serait plus à même d’accepter votre candidature si le recruteur saisit avec clarté le résultat de votre collaboration. Il comprendra aussi que vous aurez l’occasion, avec cet emploi, de développer votre maîtrise de ces softwares et de vous rapprocher davantage d’un poste de responsable.

Règle 5 : La personnalisation

Les formateurs le répètent souvent : une lettre parfaite doit être personnalisée. Contrairement aux clichés, les formules toutes faites que les jeunes diplômés ont tendance à employer dans ce document, ne vous mèneront nulle part. Ces expressions suscitent une impression de déjà-vu qui ne va surement pas jouer en votre faveur, sachant que vous êtes en train d’essayer de vous démarquer. Le système du recrutement s’apparente à une course où la concurrence est rude surtout avec le taux de chômage en forte progression. Laissez donc les proverbes, fioritures, figures de style et autres phrases piquées sur Internet de côté et utilisez vos propres mots. Vous apprendrez progressivement en suivant ce programme comment reformuler les critères cités dans l’offre en sélectionnant des termes à fois personnels et percutants.

Vient ensuite la question de l’honnêteté ou, plus précisément, du degré d’honnêteté toléré et requis. Qu’est-ce que vous devez dévoiler ? Qu’est-ce que vous devez taire ? Cette question est plus compliquée que vous en pouvez le penser. Tout ce que nous pouvons vous conseiller, c’est de vous concentrer sur le positif et non sur le négatif en prétextant un souci de transparence. Mettez en avant vos compétences, vos motivations et vos qualités, un point c’est tout !